Partager sa connexion internet

Si vous habitez en ville on vous a peut-être déjà demandé de vous emprunter votre connexion internet pour quelques temps voire proposé un arrangement pour la partager, moyennant une contribution financière. Ces petits arrangements entre voisins sont mêmes encouragés dans certaines communautés, notamment par le site d’échange Pretoo dont nous parlions dans un précédent article (LIEN !) ou Wifis.org.

Voici quelques explications pour y voir plus clair sur les risques que vous encourez si vous décidez de rentre service à vos voisins en faisant marcher l’économie de partage.

Considérations matérielles

La première question qu’on se pose est de savoir si le débit sera plus faible en partageant sa connexion. La réponse dépend de deux choses : l’usage que vous et votre voisin en faites et le débit disponible sur la ligne.

Pour estimer votre débit, faites un test de connexion. En prenant en compte que le débit peut varier en fonction de la journée, on estime aujourd’hui qu’un internaute utilise en moyenne 8mb/s environ, à vous de faire le calcul en fonction du résultat.

Vous pouvez faire le choix de mettre en place un contrôle parental sur la connexion afin de ne laisser votre voisin l’utiliser que lorsque vous êtes sûr que vous ne serez pas dérangés par l’utilisation qu’il en fait, surtout si l’un de vous télécharge via du pair-à-pair.

Quid de la sécurité

Le plus souvent, quand vous partagez votre connexion, vous donner votre clé Wi-Fi. Ainsi, l’appareil de votre voisin devient partie intégrante de votre réseau local. Il pourra donc accéder à tout ce que vous partagez : répertoires et réseaux partagés, périphériques multimédia, bibliothèques iTunes etc. et vice-versa, il faut donc être vigilant à ce que vous avez sur votre réseau. Il existe aussi un risque que votre voisin prenne le contrôle de votre box et en change les paramètres, notamment les codes d’accès.

Si le concept de l’économie de partage prône le retour de la confiance, il convient tout de même de rester vigilant.

Point de vue légal

Sans détour, cette pratique est littéralement illégale. En effet, en plus d’être le plus souvent interdit par les Conditions Générales de Vente des opérateurs internet, offrir une connexion internet à des personnes extérieures à son foyer vous assimile à un Fournisseur d’Accès Internet, ce qui implique de nombreuses obligations.

C’est d’autant plus problématique que vous êtes responsable de tout ce qui se passe sur votre connexion. Aussi, si votre voisin s’adonne au téléchargement illégal avec votre connexion, c’est vous qui serez incriminé par Hadopi, risquant ainsi une amende et une suspension de votre ligne.

Partager sa connexion intelligemment

Si, malgré les risques, vous avez choisi de céder à l’appel de la consommation collaborative, voici quelques conseils pour se protéger.

D’abord, changez régulièrement votre code d’accès, ça évitera que votre clé Wi-Fi soit partagée sans votre accord. C’est aussi un moyen de cesser de partager votre connexion lorsque vous changez d’avis. Modifiez également le mot de passe par défaut d’accès à la box parce que les réglages de base sont généralement très basiques et facilement devinables. Enfin, surveillez la bande passante ainsi que les utilisateurs qui se connectent à votre réseau.

Dans tous les cas, préférez le partage de connexion avec la méthode hotspot Wi-Fi qui est activable sur la plupart des box internet et qui a le mérite d’être bridé (vous ne risquez donc pas que votre voisin monopolise votre débit) et d’isoler votre réseau privé. Ainsi, on ne pourra vous accuser en cas de visite sur des sites illégaux (appel à la haine, sites pédopornographiques etc.) ou en cas de téléchargement illégal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *